Allocution de Vladimir Poutine du mercredi 21 septembre 2022

Traduction de Kélian SANZ PASCUAL (https://twitter.com/AsilkEnzan)
Vidéo et texte original sur le site du Kremlin : http://kremlin.ru/events/president/news/69390
L'oukaze de la mobilisation, lisible sur http://www.kremlin.ru/events/president/news/69391, est également traduit à la suite du texte de l'allocution.
MÀJ du 22/09/2022 (18:55) : ajout du 7e point de l'oukaze et du commentaire du Kremlin sur le sujet.

Chers amis !

Le sujet de mon allocution est la situation au Donbass et le cours de l’opération militaire spéciale lancée pour le libérer du régime néonazi qui s’est emparé du pouvoir à Kiev en 2014 grâce à un coup d’État.

Je m’adresse aujourd’hui à vous, à tous les citoyens de notre pays, aux personnes de générations, d’âges et de nationalités différentes, au peuple de notre grande Patrie, à tous ceux que la grande Russie historique unit, aux soldats et aux officiers, aux volontaires qui combattent à l’heure actuelle sur les lignes de front, qui sont à leur poste de combat, à nos frères et à nos sœurs habitants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, des oblasts de Kherson et de Zaporojie et des autres régions libérées du régime néonazi.

Il va s’agir des mesures nécessaires et urgentes pour protéger la souveraineté, la sécurité et l'intégrité territoriale de la Russie, du soutien à l’aspiration et à la volonté de nos compatriotes de déterminer leur propre avenir et de la politique agressive d'une partie des élites occidentales qui luttent de toutes leurs forces pour maintenir leur domination et qui, pour cela, essaient de bloquer, de supprimer tous les centres de développement souverains et indépendants afin de continuer à imposer grossièrement leur volonté aux autres pays et peuples et y implanter leurs pseudo-valeurs.

Le but de cet Occident est d'affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre pays. Ils le disent déjà ouvertement, qu'en 1991, ils ont pu briser l'Union soviétique, et que maintenant le moment est venu pour la Russie elle-même, qu'elle doit se désintégrer en de nombreuses régions mortellement hostiles les unes aux autres.

Et ils mûrissent ces plans depuis longtemps. Ils ont soutenu des groupes de terroristes internationaux dans le Caucase, fait avancer l'infrastructure offensive de l'OTAN vers nos frontières. Ils ont fait de la russophobie totale leur arme, notamment en cultivant délibérément la haine de la Russie pendant des décennies, surtout en Ukraine, pour laquelle ils ont préparé une destinée de tête de pont anti-russe, et le peuple ukrainien lui-même a été transformé en chair à canon et poussé à la guerre avec notre pays, la déchaînant, cette guerre, en 2014, utilisant les forces armées contre la population civile, organisant un génocide, un blocus, la terreur contre les personnes qui ont refusé de reconnaître le pouvoir qui s’est installé en Ukraine à la suite du coup d'État.

Et après que le régime actuel de Kiev ait de facto publiquement refusé une solution pacifique au problème du Donbass et, de surcroît, annoncé ses prétentions aux armes nucléaires, il est apparu absolument clair qu'une nouvelle attaque à grande échelle sur le Donbass, encore une, comme cela s'est déjà produit par deux fois, était inévitable. Et ensuite, tout aussi inévitablement, il y aurait eu une attaque contre la Crimée russe, contre la Russie.
À cet égard, la décision d'une opération militaire préventive était une absolue nécessité et la seule possibilité. Ses principaux objectifs, la libération de tout le territoire du Donbass, ont été et restent inchangés.

La République populaire de Lougansk a déjà été presque complètement débarrassée des néonazis. Les combats dans la République populaire de Donetsk se poursuivent. Là, pendant huit ans, le régime d'occupation de Kiev a créé une ligne de fortifications à long terme profondément échelonnée en profondeur. Leur assaut frontal aurait entraîné de lourdes pertes, c’est pourquoi nos unités, ainsi que les unités militaires des républiques du Donbass, agissent méthodiquement, dans les règles de l’art, utilisent l'équipement, protègent le personnel et libèrent progressivement les terres de Donetsk, débarrassent les villes et villages de néo-nazis, viennent en aide aux gens que le régime de Kiev a transformés en otages, en boucliers humains.

Comme vous le savez, des militaires professionnels sous contrat participent à l'opération militaire spéciale. Des formations volontaires se battent également à leurs côtés : des personnes de nationalités, de professions, d'âges différents, de véritables patriotes. À l'appel de leur cœur, ils sont venus à la défense de la Russie et du Donbass.

À cet égard, j'ai déjà donné des instructions complètes et dans les plus brefs délais au gouvernement et au ministère de la Défense pour déterminer le statut juridique des volontaires, ainsi que des combattants des unités des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Il doit être le même que celui des militaires réguliers de l'armée russe, y compris au niveau du soutien matériel, médical et des garanties sociales. Une attention particulière doit être accordée à l'organisation de l'approvisionnement des formations de volontaires et des détachements de la milice populaire du Donbass en matériel et équipement.

Au cours de l’accomplissement des principales tâches de protection du Donbass, nos troupes, sur la base des plans et des décisions du ministère de la Défense et de l'État-major général sur la stratégie générale d'action, ont également libéré des néonazis d’importants territoires des oblasts de Kherson et de Zaporozhye et d’un certain nombre d'autres régions. En conséquence, une vaste ligne de contact a été formée, qui s'étend sur plus de mille kilomètres.

Que veux-je dire publiquement aujourd'hui pour la première fois ? Après le début de l'opération militaire spéciale, y compris au cours des pourparlers d'Istanbul, les représentants de Kiev avaient déjà réagi très positivement à nos propositions, et ces propositions concernaient principalement la garantie de la sécurité de la Russie et de nos intérêts. Mais il est évident que la solution pacifique ne convenait pas à l'Occident, c'est pourquoi, après la conclusion de certains compromis, Kiev a en fait reçu l'ordre direct d’enfreindre tous les accords.

La quantité d’armes envoyées pour blinder l’Ukraine a encore augmenté. Le régime de Kiev a mis sur pied de nouveaux groupes de mercenaires étrangers et de nationalistes, des unités militaires entraînées selon les normes de l'OTAN et de facto sous le commandement de conseillers occidentaux.
Dans le même temps, le régime de répression établi immédiatement après le coup d'État de 2014 dans toute l'Ukraine contre ses propres citoyens a été renforcé de la manière la plus sévère. La politique d'intimidation, de terreur et de violence prend des formes de plus en plus massives, terribles et barbares.

Je tiens à souligner que nous savons que la majorité des personnes vivant dans les territoires libérés des néonazis, et ce sont avant tout les terres historiques de Novorossia, ne veulent pas être sous le joug du régime néonazi. Dans les régions de Zaporojie et de Kherson, à Lougansk et à Donetsk, on a vu et on voit les atrocités commises par les néonazis dans les zones occupées de la région de Kharkov. Les héritiers de Stepan Bandera et des forces de répression nazies tuent, torturent, jettent les gens en prison, leur règlent leurs comptes, s’en prennent aux civils et les tourmentent.

Plus de sept millions et demi de personnes vivaient dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et dans les régions de Zaporojie et de Kherson avant le déclenchement des hostilités. Beaucoup d'entre eux ont été contraints de devenir des réfugiés, de quitter leur foyer. Et ceux qui sont restés, environ cinq millions de personnes, sont aujourd'hui soumis aux tirs constants d'artillerie et de roquettes des combattants néonazis. Ils frappent les hôpitaux et les écoles, organisent des attaques terroristes contre des civils.

Nous ne pouvons pas, nous n'avons aucun droit moral de livrer des personnes proches de nous à des tortionnaires pour qu’ils les mettent en pièce, nous ne pouvons que répondre à leur désir sincère de déterminer leur propre sort. Les parlements des républiques populaires du Donbass, ainsi que les administrations militaro-civiles des régions de Kherson et de Zaporojie, ont décidé d'organiser des référendums sur l'avenir de ces territoires et se sont tournés vers nous, la Russie, pour nous demander de soutenir cette démarche.

Permettez-moi de souligner que nous ferons tout pour assurer des conditions sûres pour la tenue des référendums, afin que les gens puissent exprimer leur volonté. Et cette décision qui sera prise par la majorité des habitants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et des régions de Zaporojie et de Kherson concernant leur avenir, nous la soutiendrons.

Chers amis !

Aujourd'hui, nos forces armées, comme je l'ai déjà dit, opèrent sur une ligne de contact de plus de mille kilomètres, elles affrontent non seulement des formations néo-nazies, mais, de facto, toute la machine militaire de l'Occident collectif.

Dans cette situation, j'estime nécessaire de prendre la décision suivante - elle est tout à fait adéquate aux menaces auxquelles nous sommes confrontés - à savoir : pour la protection de notre Patrie, de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, pour assurer la sécurité de notre peuple et des peuples dans les territoires libérés, je considère qu'il est nécessaire de soutenir la proposition du ministère de la Défense et de l'État-major général sur la conduite d’une mobilisation partielle dans la Fédération de Russie.

Je le répète, nous parlons spécifiquement de mobilisation partielle, c'est-à-dire que seuls les citoyens qui sont actuellement dans la réserve seront soumis à la conscription, et avant tout ceux qui ont servi dans les forces armées, ont des spécialités militaires précises et une expérience correspondante.
Les personnes appelées au service militaire avant d'être envoyées dans des unités suivront sans faute une formation militaire supplémentaire, en tenant compte de l'expérience de l’opération militaire spéciale.

Le décret sur la mobilisation partielle a été signé.

Conformément à la loi, les chambres de l'Assemblée fédérale - le Conseil de la Fédération et la Douma d'Etat - en seront officiellement informées aujourd'hui par courrier.

Les activités de mobilisation débuteront aujourd'hui, à partir du 21 septembre. J'ordonne aux chefs de régions d'apporter toute l'assistance nécessaire au travail des commissariats militaires.

Je tiens à souligner que les citoyens russes appelés au service militaire par mobilisation recevront le statut, les paiements et toutes les garanties sociales du personnel militaire servant sous contrat.

J'ajouterai que le décret sur la mobilisation partielle prévoit également des mesures supplémentaires pour remplir l'ordre de défense de l'État. Les chefs d'entreprises de l'industrie de la défense sont directement chargés de résoudre les problèmes d'augmentation de la production d'armes et d'équipements militaires et de déployer des capacités de production supplémentaires. De son côté, le gouvernement doit résoudre toutes les questions de matériel, de ressources et de soutien financier aux entreprises de défense.

Chers amis !

Dans sa politique anti-russe agressive, l'Occident a franchi toutes les limites. Nous entendons constamment des menaces contre notre pays, notre peuple. Certains politiciens irresponsables en Occident ne font pas que parler de plans visant à organiser la fourniture d'armes offensives à longue portée à l'Ukraine - des systèmes qui permettront des frappes contre la Crimée et d'autres régions de Russie.

De telles frappes terroristes, y compris avec l'utilisation d'armes occidentales, sont déjà menées sur les zones frontalières des régions de Belgorod et de Koursk. En temps réel, à l'aide de systèmes modernes, avions, navires, satellites, drones stratégiques, l'OTAN effectue des reconnaissances dans tout le sud de la Russie.

À Washington, Londres, Bruxelles, on pousse ni plus ni moins Kiev à transférer les opérations militaires sur notre territoire. Ne se cachant plus, ils disent que la Russie doit être vaincue par tous les moyens sur le champ de bataille, ce qui doit être suivi de la privation de toute souveraineté politique, économique, culturelle ou de toute autre nature, avec le pillage complet de notre pays.

Ils sont aussi passés au chantage nucléaire. Il ne s’agit pas seulement du bombardement de la centrale nucléaire de Zaporojie encouragé par l'Occident, qui menace d'une catastrophe nucléaire, mais aussi des déclarations de certains représentants de haut rang des principaux États de l'OTAN sur la possibilité et l'admissibilité d’utiliser des armes de destruction massive contre la Russie, à savoir des armes nucléaires.

À ceux qui se permettent de faire de telles déclarations sur la Russie, je voudrais rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction, et pour certaines composantes plus modernes que ceux des pays de l'OTAN. Et si l'intégrité territoriale de notre pays est menacée, pour protéger la Russie et notre peuple, nous utiliserons assurément tous les moyens à notre disposition. Ce n'est pas du bluff.

Les citoyens de la Russie peuvent être sûrs que l'intégrité territoriale de notre Patrie, notre indépendance et notre liberté seront assurées, je le souligne à nouveau, avec tous les moyens dont nous disposons. Et ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que la rose des vents peut aussi tourner dans leur direction.

C'est dans notre tradition historique, dans le destin de notre peuple, d'arrêter ceux qui s’efforcent de dominer le monde, qui menacent de démembrer et d'asservir notre terre natale, notre Patrie. Nous le ferons aujourd’hui aussi, c’est ainsi que les choses vont se passer.

Je crois en votre soutien.

Décret "Sur l'annonce de la mobilisation partielle en Fédération de Russie"

Le chef de l'Etat a signé le décret "Sur l'annonce de la mobilisation partielle en Fédération de Russie".

21 septembre 2022 09:20

Conformément aux lois fédérales du 31 mai 1996 n° 61-FZ "Sur la défense", du 26 février 1997 n° 31-FZ "Sur la formation à la mobilisation et la mobilisation dans la Fédération de Russie" et du 28 mars 1998 n°. 53- Loi fédérale "Sur le service militaire et le service militaire", j’ordonne :

1. L’annonce d’une mobilisation partielle en Fédération de Russie à compter du 21 septembre 2022.

2. De réaliser l'appel des citoyens de la Fédération de Russie au service militaire pour la mobilisation dans les Forces armées de la Fédération de Russie. Les citoyens de la Fédération de Russie appelés au service militaire par mobilisation ont le statut de personnel militaire servant dans les Forces armées de la Fédération de Russie en vertu d'un contrat.

3. D’établir que le niveau de rémunération des citoyens de la Fédération de Russie appelés au service militaire par mobilisation dans les forces armées de la Fédération de Russie correspond au niveau de rémunération des militaires servant dans les forces armées de la Fédération de Russie en vertu d'un contrat.

4. Les contrats de passage au service militaire conclus par les militaires restent valables jusqu'à la fin de la période de mobilisation partielle, à l'exception des cas de renvoi des militaires du service militaire pour les motifs établis par le présent décret.

5. D’établir pendant la période de mobilisation partielle les motifs suivants pour le renvoi du service militaire des militaires effectuant leur service militaire en vertu d'un contrat, ainsi que des citoyens de la Fédération de Russie appelés au service militaire pour la mobilisation dans les forces armées de la Fédération de Russie :

a) par âge : après avoir atteint la limite d'âge pour le service militaire;

b) pour des raisons de santé : dans le cadre de la reconnaissance par la commission médicale militaire comme inapte au service militaire, à l'exception des militaires qui ont exprimé le souhait de poursuivre leur service militaire à des postes militaires pouvant être exercés par ces militaires ;

c) dans le cadre de l'entrée en vigueur d'un verdict de justice sur l'imposition d'une peine d'emprisonnement.

6. Au Gouvernement de la Fédération de Russie :

a) De financer les mesures liées à la mobilisation partielle ;

b) De prendre les mesures nécessaires pour répondre aux besoins des Forces armées de la Fédération de Russie, des autres troupes, formations et corps militaires pendant la période de mobilisation partielle.

7. À usage exclusif des autorités.

Commentaire du secrétaire de presse du Kremlin Dmitry Peskov :

Je ne peux vous dire qu'une chose [...]. Sergueï Kuzhugetovitch Shoïgu a parlé dans son interview de trois cent mille personnes. Ce point concerne des effectifs pouvant aller jusqu'à trois cent mille personnes. (source : https://lenta.ru/news/2022/09/21/secret/)

8. Les plus hauts fonctionnaires des entités constitutives de la Fédération de Russie assurent la conscription des citoyens pour le service militaire en vue de leur mobilisation dans les forces armées de la Fédération de Russie en nombre et dans les délais déterminés par le ministère de la Défense de la Fédération de Russie pour chaque entité constitutive de la Fédération de Russie.

9. D’accorder aux citoyens de la Fédération de Russie travaillant dans des organisations du complexe militaro-industriel le droit de surseoir à la conscription pour le service militaire de la mobilisation (pour la période de travail dans ces organisations). Les catégories de citoyens de la Fédération de Russie qui bénéficient du droit à l'ajournement et la procédure d'octroi sont déterminées par le gouvernement de la Fédération de Russie.

10. Le présent décret entre en vigueur à compter du jour de sa publication officielle.

Edit
Pub: 21 Sep 2022 10:25 UTC
Edit: 22 Sep 2022 16:55 UTC
Views: 3333